Messrata appelle à la dissolution d’Anssar Achariaa

Les dirigeants de la ville de Messrata en Libye haussent le temps face à la menace que présente le groupe Anssar Achariaa à Benghazi et Derna. Surtout après son intégration dans la liste noire des personnes et groupes ciblés par des sanctions financières, et par une interdiction de voyage et d’approvisionnement en armes, conformément à la résolution 2161 du Conseil de sécurité. Ils ont invité ce groupe à «manifester clairement leur engagement vis à vis des principes et des objectifs de la révolution du 17 février». Il s’agit notamment de la construction des institutions de l’Etat sur les bases du droit et de la justice, sans contradiction avec les principes de l’Islam tolérant. Ils ont même appelé ce groupe à se dissoudre, afin d’éviter d’éventuels affrontements. Le Conseil municipal de cette ville, vient de réitérer, via un communiqué officiel, «l’attachement au principe inébranlable de condamnation de la violence, du terrorisme, de l’extrémisme, et de toutes les parties qui le soutiennent».

Les responsables de Messrata ont aussi «déploré les agissements de certaines parties qui font la promotion de certaines idées imposées aux citoyens libyens par la force des armes, tout en appelant les institutions légitimes de l’Etat à combattre le terrorisme et les actes criminelles qui menacent la sécurité et la stabilité». Globalement, il s’agit de dénoncer «l’exploitation de la religion à des fins politiques». Ils ont également fait savoir leur refus de toute intervention étrangère dans les affaires intérieures de la Libye. Mais ont insisté sur l’importance du rôle de l’ONU dans le processus de reconstruction de l’Etat des institutions et d’alternance pacifique du pouvoir. Pire, les responsables de Messrata ont aussi appelé à «la proclamation de sanctions sévères à l’égard du dénommé Haftar et tous ceux qui le soutiennent dans l’assassinat, le déracinement et la diffusion de la terreur au sein du peuple libyen, et tous ceux qui veulent prendre en otage la transition démocratique en Libye».

Partager en copiant ce lien : http://bit.ly/1q0pWvy